bandeau 1 bandeau 2 bandeau 3 bandeau 4 bandeau 5 bandeau 6 bandeau 7 bandeau 8 bandeau 9 bandeau 10 bandeau 11 bandeau 12 bandeau 13

Mijoux

Une station des Monts Jura

Vous êtes ici : Accueil > Mijoux historique > Les grandes dates de l’histoire de Mijoux

Les grandes dates de l’histoire de Mijoux

  • Mis à jour : 5 novembre 2009

790-791

Charlemagne donne à l’abbaye de St-Oyend (St-Claude) une étendue de forêt qui s’étend jusqu’à la Valserine.

1184-1185

L’empereur Frédéric Barberousse confirme cette donation.

XIIe et XIIIe siècles

La vallée de Mijoux est encore en friche. On y trouve quelques chalets d’alpages provisoires d’été.

1324

Traité de délimitation et de paix entre St-Claude et Gex. Ce traité ne met pas fin aux compétitions rurales et aux hostilités.

1334

Le 22 août, nouveau traité entre l’abbé Jean de Roussillon de St-Oyend (St-Claude) et le sire de Gex, Huguard de Joinville.

Le traité est définitif et précis : Vallée commune aux deux seigneurs depuis la source de la Valserine jusqu’aux limites de la terre dépendante de l’abbaye de Chézery.

"On construira dans la vallée un hôpital (refuge) qui sera bâti et doté à frais communs et égaux. La collation en appartiendra alternativement aux deux parties, pour la première fois au sire de Gex."

Le traité fut signé dans la vallée de la Valserine. Cet hôpital paraît être la première maison de Mijoux habitée toute l’année Il recevait des pélerins venus de Suisse, de Savoie et du pays de Gex se rendant sur le tombeau de St-Claude. Il fut tenu au début par des moines.

ancienne carte de la vallée, de la source de la Valserine à la limite de Chézery

1348

Épidémie de peste.

1355

Le pays de Gex est cédé à la Savoie.

1360

Épidémie de peste.

1430


A partir de cette date :
colonisation ordonnée de la vallée de Mijoux. Les terres sont d’abord distribuées au proche du duc, en remerciements aux services rendus, et aux bourgeois de Gex qui font bâtir des "mas de montagne" et font monter d’importants troupeaux en été.

Au début du XVIe siècle, le défrichement commencé par les moines est terminé.

1503-1510-1543-1553-1568-1585

Peste et disette.

1536

Les troupes de François 1er se battent dans la Forêt du Massacre, jusqu’aux rives de la Valserine.

L’armée bernoise s’empare du pays de Gex.

1564

Le baillage de Gex est de nouveau savoyard.

1601

Traité de Lyon : Le duc de Savoie cède au roi de France (Henri IV) le Bugey, la Bresse, le Valromey et la Baronnerie de Gex.

1612

Sous Louis XIII, traité d’Auxonne : Mijoux côté Ain actuel appartient à la Baronnerie de Gex et est sous souveraineté française ; Mijoux côté Jura actuel appartient au Comté de Bourgogne sous souveraineté espagnole.

La combe de Lélex et le hameau des rivière (côté Ain) conservent le droit de tirer le sel de la comté saulnerie de Salins (situé de l’autre côté de la Valserine, en Comté de Bourgogne). Le premier bureau de douanes est installé à Mijoux.

1613

Le 12 septembre, deux bornes de délimitations sont plantées sur le pont de la Valserine proche de l’hôpital.

borne délimitant les départements de l’Ain et du Jura, sur le pont Charlemagne.

Aujourd’hui, la Valserine sert encore de limite entre les départements de l’Ain et du Jura, sur près de 17 kilomètres entre sa source et Lélex.

1678

Sous Louis XIV, paix de Nimergues : la Franche-Comté est réunie à la France. Mijoux côté Jura et côté Ain sont donc réunis sous la même souveraineté.

1698

Le 4 juillet, l’hôpital de Mijoux est réunit à celui de St-Claude.

1760

Construction de l’église actuelle de Lajoux/Mijoux, à la place de l’ancienne chapelle de l’hôpital.

A la même époque, le Pays de Gex obtient son affranchissement (1776). Le 1er janvier, Voltaire obtient la franchise de son fief de Ferney.
"Mijoux, baillage de Gex, avait le sel à 3 sols la livre, tandis que Lélex du Bugey la payait le double ou le triple : la contrebande était inévitable".

1768-1778

Construction de la route de St-Claude par Mijoux. Mémoire des habitants de St-Claude pour la faire passer par "Haut Crêt".

1776

Le roi Louis XVI concède au Pays de Gex, dont Mijoux, des lettres de franchise qui érigent le territoire en "pays étranger". C’est la première zone franche.

1790

Création du district de Gex : cantons de Gex, Ferney, Thoiry, collonges.

1792

Population : 275 habitants (36 familles).

1800

On trouve à Mijoux 7 scieries, 4 meules à blé et 1 battoir à chanvre.

1813

Chute des armées napoléoniennes. Le 30 décembre 1813, les troupes autrichiennes sont à Gex, au col de la faucille et à Mijoux. Elles logent à l’auberge Benoit-Gonin à la Faucille et aux auberges Forestier et Benoit-Jeanin à Mijoux.

1814

Rattachement du Pays de Gex, dont Mijoux, au département de l’Ain.

1815

25000 hommes des troupes alliées traversent la vallée de Mijoux et de Septmoncel, prenant le bétail, pillant les maisons et fusillant les hommes qui s’étaient enrôlés dans les corps francs.

Août 1815 : retour à la monarchie.

Le 20 novembre, création de zones franches dont la limite est la Valserine à Mijoux (traité de Paris). A Mijoux et dans la vallée, beaucoup de magasins naissent. Avec l’établissement des douanes, c’est le retour de la contrebande.

19e siècle

Probablement une publicité ou une carte de visite de la taillerie Duraffourg

A partir du milieu du siècle, les lapidaires s’établissent à Mijoux et dans la vallée. Ils travaillent à domicile sur leurs établis ou dans les usines.

Au début du XXe siècle, on compte plusieurs ateliers à Mijoux (Duraffourg Père et Fils, Benoît-Gonin Charles et Regard Fernand), à Lélex (Ateliers Grofillex Auguste et Benoît Gonin Henri) et à Chézery (Ateliers Grosfilley Ernest).

une entreprise familiale de lapidaires

Aujourd’hui, il ne reste plus qu’un lapidaire à Mijoux, c’est la bijouterie-joaillerie Trabbia Vuillermoz.

1902

Électrification de la vallée de Mijoux. Construction d’une usine électrique aux Sept-Fontaines : une dizaine d’habitants de Mijoux s’associèrent pour créer l’Union Hydro Electrique des Sept Fontaines. Elle assura la fourniture en énergie de Mijoux et Lélex à partir du 1er février 1903. En 1942, cette société fut venue aux Forces Motrices de Savoie. Elle alimentait alors en plus de Mijoux et lélex, les villages de Lajoux, Lamoura et Les Molunes.

La turbine et le générateur

Une turbine Esch-Wyss achetée en 1911 et un générateur datant de 1926 sont visibles encore à ce jour dans le jardin Dame Pernette, derrière la mairie de Mijoux.

1910

Photographie de Delphin Regad, premier maire de la commune

Après une pétition des habitants, Mijoux obtient sa séparation de Gex et devient commune autonome le 11 juillet 1910.
Le premier maire est Delphin Regad, forgeron à Mijoux.

Tombe de Delphin Regad, encore actuellement au cimetière de Mijoux

On fête l’inauguration dans le village.

Inauguration de la commune 1910
Inauguration de la commune 1910

1911

Population : 664 habitants.

1914/1918

27 morts à Mijoux pour cette guerre. Le momunment aux morts est inauguré le 16 octobre 1927.

Le monument aux morts

1926

Construction d’une fromagerie et d’une porcherie.

1927

Construction des bâtiments communaux : la poste, la mairie, la salle des fêtes. Inauguration le 16 octobre 1927.

1928

Crise des lapidaires.

1934

Construction d’un établissement public de bains douches et d’un abattoir municipal.

Guerre 1939-1945

Le maire de Mijoux est à l’époque Henri Duraffourg, lapidaire.

Plaque à la mémoire d’Henri Duraffourg, visible rue Dame Pernette

La ligne de démarcation se situe sur le pont de la Valserine. Une autorisation est obligatoire pour passer. Mijoux est à nouveau divisé en deux : le côté Jura est en zone libre, le côté Ain en zone occupée. La Kommandantur installe ses bureaux à l’hôtel du soleil.

Ligne de démarcation

La mairie et la fromagerie sont en zone occupée. L’Eglise, le cimetière et le médecin sont en zone libre. Les enfants de l’école viennent des deux zones.

Carte des zones libre et occupée en 1939-45

Le 21 août 1944, les habitations et hôtels du col de la faucille sont brulés par les Allemands, ainsi que les douanes et la gendarmerie s’y trouvant.

Hôtel de la Couronne après les bombardements, document privé.

1950

Dans les années 50 débute le développement des sports d’hiver :

  • 1951-1952 : création du syndicat du Mont Rond
  • 1952 : téléski de la Mainaz
  • 1953 : téléski de la Faucille
  • 1968 : télésiège de Mijoux

1983

Création du Sivom Mijoux/Lélex pour l’aménagement et la mise en valeur de la vallée de la Valserine.

XXe siècle

Population :

1911 : 664 habitants
1946 : 364 habitants
1954 : 323 habitants
1962 : 286 habitants
1968 : 227 habitants
1975 : 191 habitants
1982 : 200 habitants
1990 : 260 habitants
1999 : 316 habitants

2010

Centenaire de la commune.

Post Scriptum

* Réalisé grâce aux travaux historiques de Mesdames Bessard et Bastien, réunis dans un ouvrage en 1992. Accès aux documents grâce à Marcel Gros. Document privé de l’hôtel de la Couronne, à la Faucille. Photographies et reproductions de documents anciens Vic Polsinelli. Contenus et photographies : tous droits réservés.